De tout coeur contre les injustices

par Chantal Reichel

Journaliste

 

Depuis l’année dernière, Sophie Gagnon, brillante avocate, a quitté un prestigieux cabinet d’avocats pour devenir la nouvelle directrice de Juripop, un organisme sans but lucratif visant à rendre accessibles les services juridiques. Elle a osé sortir de sa zone de confort et d’un train de vie aisé afin de réaliser ses objectifs de vie et d’apporter sa contribution positive dans la vie des gens. Elle souhaite privilégier les personnes défavorisées et aider les femmes ayant subi des agressions sexuelles et du harcèlement.

La justice dès le départ

Dès le départ, le droit allait de soi pour cette femme de convictions et de belles valeurs. « Je suis vraiment choquée par les injustices, tant individuelles que sociales, et ce, depuis que je suis toute jeune. Le droit est une manière concrète d’agir. Les avocats ont un rôle central pour améliorer la qualité de vie des gens. »

Authentique, intègre et poussée par un profond désir d’améliorer la vie de ses concitoyens et de faire reculer les injustices, cette femme de cœur et de tête a donc entrepris des études en droit avant d’être engagée par Norton Rose Fulbright, un cabinet international de droit possédant des bureaux partout dans le monde. « J’y ai travaillé durant sept années, dont trois à titre d’avocate. C’était stimulant. Je travaillais avec les meilleurs avocats et j’avais beaucoup de ressources pour faire mes recherches. » Mais à 28 ans, la jeune femme trouvait que les années s’accumulaient et qu’elle n’avait pas accompli les objectifs qu’elle s’était fixés. « Je sentais que la vie me filait entre les doigts. » Alors qu’elle travaillait avec une délégation à Londres, son instinct lui dicta qu’elle n’était plus à sa place.  « Être avocat est un privilège. Nous avons la responsabilité de nous en servir pour aider des gens. Je me suis donc donné un coup de pied dans le derrière. »

 

Un saut humanitaire

Comment a-t-elle fait le saut chez Juripop? « Au moment où j’ai pris la décision de travailler dans le domaine communautaire, l’un des co fondateurs de Juripop m’a contactée pour me dire que si je voulais le poste de directrice, il était à moi. » Puisqu’elle avait jusqu’alors suivi son cœur et son instinct, la vie a aligné ses flûtes pour lui ouvrir la voie. Elle connaissait déjà Juripop, y ayant été bénévole durant ses études. Elle connaissait les fondateurs. Mais comment passer d’un cabinet prestigieux à un organisme communautaire et changer d’échelle salariale? « J’avais pris la décision il y a longtemps que l’argent ne serait pas un facteur déterminant dans mon choix de carrière. Je ne voulais pas être dépendante d’un lourd niveau de vie. Je voulais de la flexibilité. » C’est ainsi que son changement de statut financier n’a aucunement nui à ses projets ni à son niveau de vie personnel.

« Quand j’ai annoncé ma démission, j’avais peur de décevoir mes collègues. Certains étaient des mentors qui avaient investi de leur temps pour ma carrière. Mais, avec les larmes aux yeux, mon patron m’a dit « C’est vraiment toi ». Il faut dire que j’ai toujours été intègre; j’exprimais mes idées et mes valeurs. J’ai toujours été moi-même. Tous ceux qui me connaissaient savaient que ma décision était authentique. Je n’ai reçu que des commentaires positifs. C’était cohérent avec mes valeurs, ce que je suis. »

Des défis de taille

Quels sont les défis qu’elle souhaite réaliser avec Juripop? « L’organisation approche de sa dixième année. On voudrait se servir de cette plateforme afin d’étendre les services à l’extérieur de Montréal et de la Rive-Sud grâce à un réseau d’avocats partenaires pour tout le Québec. Nous voulons lancer ce projet de plus grande portée. » De plus, dans son objectif d’aider les démunis, les minorités, ceux qui vivent des situations difficiles, Sophie Gagnon a emmené Juripop à aider les victimes d’agressions sexuelles et de harcèlement. « Je suis une féministe. Dans la foulée du mouvement #moiaussi, nous avons tenu des cliniques avec des intervenants sociaux. Ce fut un grand succès. Nous travaillons aussi avec le milieu culturel afin d’offrir un guichet unique pour les victimes d’agressions sexuelles. » Voilà une cause qui lui tient à cœur et dont elle parle avec verve, passion, sensibilité et confiance! Elle sait que des moyens existent pour aider ces victimes et elle tient à y contribuer et à regrouper des gens autour d’elle afin d’améliorer le système judiciaire et la représentation de ces femmes fragilisées. « J’ai pu faire quelque chose parce que j’étais au bon endroit au bon moment. J’en retire un sentiment d’accomplissement. »

Depuis sa grande décision et ce changement de carrière visant à réaliser ses rêves et son but ultime en lien avec la raison pour laquelle elle avait choisi le droit, elle ressent de la fierté et du bonheur dans sa vie quotidienne. Entre son ancien travail et le nouveau, c’est le jour et la nuit.  « Auparavant, le vendredi soir, j’étais épuisée. Là, je me sens énergisée. Tant dans ma santé mentale que physique. Auparavant, j’avais peur d’ennuyer les gens en parlant de mon travail. Maintenant, ma famille, mes amis et mon entourage sont excités lorsque je leur parle de ce que je fais avec Juripop. Et si je demande l’aide de bénévoles, ils n’hésitent pas à prêter main-forte.

Vivre en harmonie

Où se voit Sophie Gagnon dans une vingtaine d’années? « Je n’ai pas vraiment de plan de carrière. Je veux vivre en harmonie avec mes valeurs et pouvoir aider. Je m’implique à fond dans ce que je fais et je fais confiance à la vie. Je suis guidée par la nécessité d’être authentique. Je ne veux pas laisser la vie me détourner de mes buts ou décider à ma place. Il faut rester vrai face à soi-même. Lorsque j’étais plus jeune, j’ai dit à mes meilleurs amis de m’aider à rester vigilante pour ne pas agir seulement pour atteindre un riche niveau de vie. Je souhaite que chacun reste critique face à ses propres choix pour revenir à ses motivations premières. »

Sophie Gagnon est la preuve vivante qu’il est possible de réussir une brillante carrière tout en suivant son instinct, ses valeurs et son cœur. Il faut rester ouvert à toutes les possibilités que la vie nous offre. Oser sortir de sa zone de confort, de la norme, des sentiers battus. Nous pouvons tous apporter une contribution positive dans la vie des gens. Le monde serait plus juste, plus beau et plus agréable si chaque personne privilégiée par la vie tendait la main aux plus démunis. Et Sophie Gagnon, avec sa persévérance, son intelligence, son cœur d’or et ses talents d’avocate, réalise pleinement sa destinée.

Elle rend ce monde plus beau, plus vrai et plus juste.

Merci, Sophie Gagnon.

www.juripop.org

Vous avez aimé cet article?  Inscrivez-vous gratuitement à Les Inspiratrices pour recevoir des articles sur divers sujets en matière de mieux-être ainsi que des émissions avec des femmes d’inspiration.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*