Célébrer sa différence même dans l’alimentation

Karine Verpillot

La naturopathe

www.vgtables.com

 

Il y a quelques années, je vous aurais dit que la diversité était un sujet qui me paraissait inconfortable parce que je ne voulais pas être différente; je voulais être comme tout le monde et faire partie d’un groupe admiré, recherché et accepté.

Dans un monde où, paradoxalement, l’uniformité et le sensationnalisme se côtoient, d’un côté, nous voulons faire comme tout le monde, car cela nous permet de nous fondre dans la masse et de ne pas déranger.  Nous sommes bien sans faire de vague et cela rassure.  D’un autre côté, être différent permet de nous sentir particuliers et importants. Qui n’a jamais voulu vivre son moment de gloire?

Avec le temps, les expériences vécues, l’acquisition de maturité et les rencontres inspirantes, je pense finalement que l’équilibre nait des deux pôles. Au fond, être différent ou pas n’est pas la question.  C’est un état d’être en chacun de nous.  Nous sommes tous différents à la base puisque notre structure la plus élémentaire, qui est notre ADN, est unique.  Ne pas vouloir être différent est un non-sens.  Et c’est ce qui rend la vie si intense, si riche, si déstabilisante et si unique!

Chercher la variété

Par exemple, dans mon domaine qui touche à la santé, au bien-être et à l’alimentation, la variété est tellement présente! Actuellement, sur le marché, des courants culinaires prônent le végétarisme, le végétalisme et l’alimentation sans gluten.  Diverses approches alimentaires, comme le régime paléolithique, le crudivorisme ou la diète méditerranéenne, ne cessent de faire valoir leurs vertus.

Sans contredit, la façon de se nourrir naît d’abord et avant tout d’un environnement culturel et politique.  L’alimentation des Chinois est différente de celle des Italiens. C’est inscrit dans leurs gènes, leur éducation et leur vie quotidienne.  Ensuite vient la curiosité, le souhait de s’ouvrir aux autres et le goût de vivre des sensations fortes.   N’avez-vous jamais été intrigué par ceux qui mangent du faux fromage à base de noix de cajou ou encore du tempeh? Pire, par ceux qui mangent des insectes et des serpents?

Qui est normal ?

Mais dans tout ce lot de suggestions, qui a raison?  Qui est normal?  D’abord, que veut dire être normal?  Où se trouve la limite entre ce qui est dans la norme et ce qui ne l’est pas?  Être différent est-il alors une menace? Dans cette société où nous voulons tout rationaliser, quantifier et prouver scientifiquement, nous sommes en train de créer un système de valeurs et de gradation qui n’a pas sa place.  Et ce système est gouverné par qui?  Qu’importe le domaine, tout est une affaire de jugement!

Il fut un temps où je justifiais tous mes choix, car cela me semblait important.  Cela me permettait de me reconnaître, de me donner du pouvoir et de convaincre les autres que mes choix étaient les meilleurs. Ce fut une période épuisante, car, au final, quoi que je fasse, j’étais jugée de toute façon.

Assumer la couleur

En prenant conscience de ce malaise, j’ai compris que l’important n’était pas d’être différent, mais d’accepter et d’assumer ce qui fait notre richesse, notre rareté.  Il n’y a que soi, en tant qu’être unique, qui puisse apporter son ressenti et sa vibration pour créer sa mélodie, la jouer et la faire vivre en dehors de soi, comme un écho où on pourra y retrouver sa propre résonnance, son propre rythme.

Si la Nature a voulu que nous ayons un ADN unique, ce n’est pas le hasard. C’est la vie qui coule dans notre différence!  Et cette différence nous permet d’évoluer, de grandir et d’apprendre.  Il n’y a pas de mieux ou de moins bien.  Il n’y a pas de plus fort ou de plus faible.

En alimentation, la curiosité est une façon de développer son identité et de raffiner son goût.  Quels aliments préféré-je?  Est-ce que ceux-ci m’apportent un certain bien-être physique, psychologique ou social?  Est-ce que je ressens de la fierté lorsque je parle de mes choix alimentaires?  Après tout, se nourrir, c’est ce que nous faisons tous les jours, alors il vaut mieux être en accord avec notre façon de manger.

En ce qui me concerne, je suis fière d’être différente.  En revisitant mon parcours, je me rends compte que j’ai toujours, inconsciemment, cherché à me démarquer et en être consciente me permet d’être en paix avec ce que je suis. Chaque période de ma vie a  fait fluctuer cet état, comme une vague qui s’approche et qui recule, comme le bruit du ressac quelquefois apaisant, quelquefois agressant.  Je me sens légère et profondément heureuse.

Au fond, je n’ai pas besoin d’être célèbre ou reconnue pour contribuer à améliorer le Monde.  Je n’ai besoin que d’être moi, un être qui parle avec son cœur, un être qui a sa propre couleur.  Et cette couleur, c’est ce que je suis en tant que femme, amoureuse, mère, naturopathe, coach en alimentation, adjointe de direction, chef culinaire… Tous ses chapeaux marquent et signent ma différence!

Être différent, c’est entendre et écouter, vibrer et ressentir…  Bien au-delà des images, des mots et des faits.  Entendez-vous ce doux bruit qui vous représente? Le ressentez-vous à travers l’histoire mélodique que vous façonnez chaque jour à votre façon?

Chacun de nous est cette note unique.  À vous de l’ajouter dans la partition et de jouer la chanson de votre vie!

Vous avez aimé cet article?  Inscrivez-vous gratuitement à Les Inspiratrices pour recevoir des articles sur divers sujets en matière de mieux-être ainsi que des émissions avec des femmes d’inspiration.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*