Je vous ai fait l’amour de mon mieux…

J’ai toujours été une fille de défis!  N’ayant peur de rien, je ne ressens aucun malaise à mettre sur pied des projets d’envergure, à défoncer des portes et à porter ma voix pour promouvoir ou défendre mes idées.  Je ne sais pas pourquoi…  Je suis comme ça.  Toute ma vie, j’ai voulu marquer le monde…

Entre autres, lorsque je travaillais à la Société de Saint-Vincent de Paul de Montréal, j’ai mis sur pied un gala de reconnaissance pour les enfants défavorisés de la région.  En juin de chaque année, j’invitais une cinquantaine de petits gamins dans un grand hôtel, avec leur famille, pour partager un délicieux repas, mais surtout, pour leur offrir un « certificat de distinction » et ce, devant plus de 200 personnes admiratives.  Quelle joie que celle de voir des milliers d’étoiles scintiller dans la prunelle de leurs yeux!

Un jour, alors que je rendais visite aux enfants d’une école du quartier Centre-Sud, un professeur est venu me voir en me confiant : «L’année dernière, Jérémie a perdu sa maman du cancer, mais malgré tout, il a continué d’aller à l’école.  Ses notes ont baissé, mais il n’a jamais baissé les bras!  Depuis le gala de juin, son comportement a changé.  Il est maintenant plus coopératif et plus souriant.  Il a même accroché son certificat sur son mur de chambre et il le regarde tous les jours».

Je n’oublierai jamais ce témoignage…  À ma façon, j’avais changé la vie d’un seul petit garçon et pour moi, cela valait tous les efforts déployés pour me lever à six heures tous les matins et pour me rendre au travail.

Oui. Dans ma vie, j’en ai fait des projets…  Tous, petits ou grands, ont été significatifs pour moi, mais jamais comme celui que je m’apprête à réaliser : la publication de mon premier livre La quête du vrai soi : celle qui danse avec le sable.

Humblement, je vous l’avoue.  Pour la première fois de ma vie, je suis terrifiée…

Ne sachant pas trop ce qui m’habite, j’ai réfléchi aux motifs qui alimentent cette peur.  Ce n’est pas le fait d’écrire, de confectionner le livre ou d’en faire la promotion puisqu’il s’agit là de tâches que j’ai l’habitude de faire.  Mais qu’est-ce qui me ronge ainsi les entrailles?

Tout simplement le fait de devoir mettre mon âme à nu devant vous…

À 48 ans, comme mon corps, je ne suis pas parfaite!  J’ai mes excédents, mes retranchements, mes blessures, mes cicatrices, mes zones de générosité, mes armes de défense…  Comme lorsque je fais l’amour, certains soirs, j’ai besoin de me cacher dans la pénombre, de me couvrir la tête ou de tourner le dos pour éviter qu’on me voit sous le reflet de la lune. Pour éviter de dévoiler ma vulnérabilité, ma fragilité, mon incertitude…

Qui plus est, je ne me dénude jamais totalement devant des étrangers!  Lorsque je le fais, c’est parce que j’aime la personne ou j’éprouve de l’affection pour elle. En toute sécurité, je me confie, j’exprime mes sentiments et je partages mes rêves.

Toutefois, le 14 novembre prochain, ce que je m’apprête à faire est complètement insensé puisque je me mettrai à nu devant vous.  Vous qui êtes des étrangers…

Pourquoi?  Certainement pas par exhibitionnisme!  Non.  Je n’en ai pas besoin.  Plutôt, parce qu’à quelque part, je sens au plus profond de moi que j’ai d’autres petits Jérémie à aider…

Le 14 novembre prochain, lorsque vous lirez mon livre, qu’importe si vous aimez ce que je vous offre, rappelez-vous que je ne suis qu’un livre et que je vous ai fait l’amour de mon mieux.

Chantal

Écrivaine, conteuse et conférencière

Pour recevoir de mes nouvelles, ainsi que des articles sur divers sujets en matière de mieux-être et des entrevues avec des femmes d’inspiration dans le cadre de Les Inspiratrices, inscrivez-vous gratuitement à la lettre de Chantal.

——————————————-

Je ne suis qu’une chanson

Ce soir je ne me suis pas épargnée
Toute ma vie j’l’ai raconté
Comme si ça ne se voyait pas

Que la pudeur en moi n’existe pas

Ce soir au rythme de mes fantaisies
J’vous ai fait partager ma vie
En rêve ou en réalité
Ça n’en demeure pas moins la vérité

Ce soir je n’ai rien voulu vous cacher
Pas un secret j’ai su garder
Comme si ça ne se voyait pas
Que j’avais besoin de parler de moi

Ce soir je ne me suis pas retenue
Je me suis montrée presque nue
Sur une scène trop éclairée
J’aurais du mal à me sauver de moi

Mais moi je ne suis qu’une chanson
Je ris, je pleure à la moindre émotion
Avec mes larmes ou mon rire dans les yeux
J’vous ai fait l’amour de mon mieux

Mais moi je ne suis qu’une chanson
Ni plus ni moins qu’un morceau de passion
Appelez-moi marchande d’illusions
Je donne l’amour comme on donne la raison

Parolier : Diane Juster

8 thoughts on “Je vous ai fait l’amour de mon mieux…

  1. Belle Chantal… tu m’as remis en tête cette chanson que j’aime tant. Merci !
    Mais un MERCI encore plus grand pour ce courage de te lancer ce beau et grand défi. Non seulement en seras-tu encore plus forte, mais nous serons, nous aussi, bénéficiaires de ce courage.
    Tu inspires et tu portes en toi ce bel éclat qui donne, aux gens qui t’entourent, le goût du dépassement.
    Et je suis heureuse d’être moi-même une petite « Jérémie ».
    Bravo et bon lancement!
    Dany xxx

    1. Ahhhh trop fine! Merci très chère! En fait, la mise en oeuvre de sa mission ne peut se faire qu’au service des autres. Tout est interrelié. Toi aussi, tu m’aides à aller toujours un peu plus haut, toujours un peu plus loin. <3

  2. Une femme d’action, de défis et de coeur!

    Ton succès tu ne l’as volé, il te revient!

    Chantal mes félicitations! XX

    Linda

  3. Chantal…j’ai hâte de te lire!!!! Tu ne fais pas tout ça pour rien, tes entrailles te travaillent parce que tu es à un tournant de ta vie 😉

    1. Merci très chère! Effectivement, je suis dans un tournant de ma vie. Je le sais. Je le sens. Les choses arrivent parce qu’elles doivent arriver. <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *