Trop, c’est comme pas assez!

Un ancien maître de la sagesse disait : « Que sert à l’homme de conquérir l’univers s’il vient à perdre son âme[1]? » En effet, vivre est un art et le plus difficile est certainement de demeurer cohérent avec soi-même malgré l’influence puissante qui est véhiculée par le jugement des autres. Du moins, c’est ce que l’on vous a appris.

Bien sûr, vous n’êtes pas seul ni parfait. La vérité ultime, nul ne la détient. Pourtant, vous valsez prudemment entre votre besoin d’appartenance et votre désir d’être libre comme le vent… Vivre sa vie par prescription n’est pas une mince affaire.  Alors, pourquoi préférez-vous cette vie au risque d’être catégorisé comme une personne « hors norme »?  Une question qui mérite réflexion et méditation.

Déjà, j’entends au loin l’écho qui répond : « Je n’ai pas le choix. C’est comme ça. » Vraiment? En toute franchise, qu’avez-vous à perdre à exprimer qui vous êtes? Entre autres, une vie remplie de regrets. Voilà ce que vous pourriez perdre! Des regrets. Rien de moins.

Vu sous cet angle, qu’attendez-vous pour rompre la chaîne de l’automatisme collectif qui tue votre être profond? Réappropriez-vous votre pouvoir personnel!  Celui que vous avez consenti à d’autres afin d’adopter des normes qui contraignent votre puissance d’expression.

La nature est un savant professeur… Celui qui sait devenir un observateur attentif percevra l’interdépendance qui existe entre toutes choses. En effet, vous êtes à la fois unique et uni à tout. Aucune dualité n’est possible entre la rose et l’arbre, chacun étant ce qu’il est pour assurer l’équilibre de l’ensemble. Même deux roses ne sont pas identiques! Comment pourrait-il en être autrement pour l’être humain?

Dites-moi, seriez-vous à ce point heureux pour vous détacher de cet équilibre naturel qui a besoin de vous? Dès maintenant, à quoi pourriez-vous accorder la priorité pour permettre à la meilleure version de vous-même d’émerger? La réponse ultime serait peut-être de rendre service aux autres, de faire don de vos talents, de libérer le potentiel inné qui vous habite et, par ricochet, d’accepter de recevoir ce que les autres ont de plus précieux à vous partager. Êtes-vous prêt?

Bien que la société aime vous le faire croire, ce ne sont pas les éléments extérieurs qu’il faut changer. En réalité, vous êtes ce que vous pensez, alors commencez à penser autrement. Sortez de la marge et laissez agir ce qui vous anime avec bienveillance et compassion. Plus facile à dire qu’à faire, me direz-vous!

Oh! J’en conviens! Cela ne sera pas de tout repos et une personne avertie en vaut deux. En sachant cela, quelle sera la latitude que vous vous accorderez pour rendre les choses plus faciles à vivre? Souvenez-vous que votre ego n’est pas votre amigo. Qu’on se le tienne pour dit!

Sans contredit, votre soudaine décision d’exprimer votre essence propre ne fera que tirailler le contrôleur suprême de vos peurs. Celui-ci fera déferler son armée de saboteurs et prendra plaisir à tirer sur les ficelles de la souffrance.  Une marée de doutes et un tourbillon de questionnements existentiels feront place à une concurrence déloyale envers vous.

Décoiffé par la tempête, reprenez votre souffle! Inspirez-vous de ce vieil adage qui affirme que la nuit salue au passage le lever du jour et vice-versa. Les deux coexistent sans nuire à l’existence de l’autre.

Accordez-vous la permission de vivre, d’être et de devenir malgré la résistance! Tel un jeune enfant, dessinez votre vie en dehors des lignes. Créez cet espace qui demande à exister. La vie n’attend que vous, sans fanfares ni trompettes.

Donnez-vous cette marge de manœuvre et faites confiance au fait que vous êtes en vie parce que vous avez choisi d’exister. Laissez aller ce qui ne vous sert plus et accueillez tout ce qui vient en silence. Soyez l’humble témoin de tout ce que vous accomplissez.

Nul besoin de lire un manuel d’instruction et de planifier les prochaines étapes! Laissez tomber les résistances et les croyances qui vous aveuglent de ce qui est possible. Agissez et affichez un léger sourire au coin de vos lèvres.

Vous êtes né original!  S’il vous plaît, ne devenez pas une copie de quelqu’un d’autre!  Allez vers vous-même à l’instant!

[1] Citation de John Mason, colonisateur britannique.

Vous avez aimé cet article?  Inscrivez-vous gratuitement à Les Inspiratrices pour recevoir des articles sur divers sujets en matière de mieux-être et des entrevues avec des femmes d’inspiration.

Nadine Beaupré

Coach de gestion et en développement de la carrière et formatrice

www.intrapreneur-e.com

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*