Survivre après l’épreuve ou comment trouver les cadeaux dans des boîtes mal emballées?

À l’instar d’un mauvais tsunami annoncé sur Météo Média, n’avons-nous pas tous vécu dans notre vie de telles tempêtes et périodes grises personnelles qu’aucun parapluie ne semble pouvoir en tempérer la violence?  Vous savez, ce genre de cataclysmes qui fait tellement mal qu’aucun livre de développement personnel ou qu’aucun conseil ne parvient à tiédir le mal que l’on ressent dans chaque cellule de notre corps…

Pour certains, c’est l’annonce d’une maladie, et pour d’autres, c’est laisser partir la personne qu’ils croyaient être « la bonne ». À d’autres moments, c’est une mise à pied, un deuil ou une trahison.  Bref, peu importe la bourrasque, notre vie se met soudainement à ne jouer qu’en noir et blanc et notre cœur se serre parfois si fort que chaque respiration devient un acte héroïque en soi.

Comment s’accrocher à tous ces adages qui nous affirment pourtant que le soleil vient après la tempête? Que rien n’arrive pour rien? Qu’il y a toujours un cadeau qui se cache dans chaque épreuve?  Même si notre cerveau comprend ces mots lorsqu’il les lit ou les entend, le cœur ne réussit pas à s’y accrocher. Où est-ce notre âme qui n’a plus la force de s’y rattacher?

Chacun vit les épreuves à sa manière.  Pour certains, la fuite est la meilleure alliée. Excès d’alcool, sorties à outrance, abus de nourriture et autodestruction sont souvent la recette gagnante pour amortir le mal.  D’autres tempéreront leur hamster mental en dormant pendant de longs mois. Dormir est parfois le seul moyen de ne pas réfléchir.

Peu importe son mécanisme de défense, les questions qui semblent le plus souvent revenir à tue-tête sont : « Pourquoi? Pourquoi moi?  Pourquoi encore moi? Qu’ai-je fait à la vie pour mériter ça? Pourquoi est-ce toujours à moi que cela arrive? » Bref, ces longues périodes noires nous laissent souvent dans la plus grande incompréhension. C’est un gouffre sombre et vide dans lequel aucune réponse ne réussit à justifier ce qui est en train de se passer.

Après un certain temps, c’est souvent le corps qui commence à nous lancer des messages.  Tel un mal-qui-dit, la maladie se pointe souvent dans ces tourbillons gris : mal de tête, insomnie, crise d’angoisse et de panique, paranoïa, dépression, mal de ventre… Et pourquoi pas toutes ces réponses en simultané?

La lumière après la tempête

Le temps a ce pouvoir inestimable de faire son temps.  Après le tourment des épreuves s’installe doucement un apaisement.   Même si celui-ci est immensément subtil dans les premiers temps, c’est parfois comme si la vie nous chuchotait tranquillement que ça ne peut pas être juste ça, que dans chaque transformation, il n’y a pas juste un avant, mais forcément un après.

La beauté de la nature humaine est sa force incommensurable à se réparer.  Si des milliers de cellules moléculaires s’unissent pour refermer chaque plaie physique, l’âme a aussi cette force cachée de comprendre, parfois de façon inconsciente au début, l’incompréhensible.

Certains qualifieront ce rebond par la résilience.  Boris Cyrulnik, qui fait figure dans les pages 10 et 11 de ce magazine, a d’ailleurs grandement médiatisé ce concept avec son ouvrage Un merveilleux malheur. Il décrit ce terme comme « la capacité à réussir, à vivre et à se développer positivement, de manière socialement acceptable, en dépit du stress ou d’une adversité qui comporte normalement le risque grave d’une issue négative ».

Quant au professeur de psychologie sociale, Gustave-Nicolas Fischer, il compare cette force cachée à des « les ressorts invisibles ».  Il explique que chaque être humain a cette capacité « de rebondir dans l’épreuve en faisant de l’obstacle un tremplin, de la fragilité une richesse, de la faiblesse une force, des impossibilités un ensemble de possibles ».

La renaissance

La beauté qui se cache derrière les obstacles est souvent impossible à voir au moment où on les vit.  Pourtant, les leçons fréquemment transmises par ces moments noirs s’avèrent la plupart du temps les plus beaux cadeaux de la vie!  Mais ils sont parfois emballés dans un papier douteux… Je l’admets.

Observez un enfant qui apprend à marcher et inspirez-vous de lui.  Il vise le ciel à chaque tortillement de son corps et, pourtant, il retombe chaque fois.  Se dit-il que c’est la fin? Qu’il n’y arrivera jamais? Non, puisque l’enfant naît avec l’émerveillement que tout est possible, que rien ne peut l’arrêter!  Il se relève, essaie, tombe et recommence.  Il rit, il pleure, il rit encore et finit par marcher.  Toute cette force, ce courage d’apprendre ce tour de force, il les possède et les possédera toujours.

La vie ne veut jamais votre mal.  La vie est votre alliée.  Elle vous a mis sur la Terre pour que vous déployiez toutes vos richesses pendant cette courte vie qui ne durera pas plus de cent ans.  N’est-il pas temps de voir ce qui se cache derrière les nuages? La vie n’est-elle pas en train de vous transmettre les clés de votre apprentissage?

Loin du lycée et des livres de psycho pop, la vie doit se vivre pour que l’on apprenne et comprenne.  La beauté de toutes ces épreuves, c’est qu’elles sont mises sur votre chemin pour vous éduquer sur votre propre personne, pour vous faire cheminer et grandir vers une vie plus alignée et plus cohérente.

L’enseignement

Êtes-vous votre meilleur ami ou avez-vous été votre pire ennemi? Avez-vous dépassé vos limites? Avez-vous présupposé certaines choses ou en faites-vous une affaire trop personnelle?

Loin de l’ego et du désir d’une vie comme on la veut au moment où on le veut, il y a le lâcher-prise et l’acceptation de ce qui est.   L’âme sait que la vie sait des choses que la tête, à elle seule, ne peut pas comprendre.

Dans ce processus d’acceptation de ce qui est, ici et maintenant, il faut comprendre que rien ne peut être classé dans une boîte étiquetée « bon » ou dans une autre, « mauvais ».   Chaque pluie est nécessaire pour accueillir le beau temps.  Chaque phase de vie permet d’ensemencer son jardin intérieur afin de mieux fleurir.

Lorsque la prochaine épreuve se pointera le bout du nez, respirez et sachez que ce dur moment va passer.   Répétez à votre cœur et à votre tête que ce n’est pas une finalité, que derrière chaque nuage se cache le soleil…

Et que derrière chaque obstacle se cache un cadeau mal emballé…

Vous avez aimé cet article?  Inscrivez-vous gratuitement à lesinspiratrices.tv pour recevoir des articles sur divers sujets en matière de mieux-être et des entrevues avec des femmes d’inspiration.

Marc Dumaine

Conférencier et expert en potentiel humain

www.asanacoaching.com

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*