Nancy Lehoux : briser la chaîne

Karyne Mongrain

L’ambassadrice

www.karynemongrain.arbonne.ca

 

Il y a quelques semaines, j’ai eu le privilège de recevoir Nancy Lehoux en entrevue dans le cadre de l’émission Femmes d’influence présentée sur la webtélé de Les Inspiratrices. Ce fut avec beaucoup d’enthousiasme que je l’ai rencontrée, pour une seconde fois, dans un café afin d’en connaître davantage sur la femme, l’entrepreneure et la visionnaire.

Nancy, je suis heureuse de te revoir! Comme nous nous connaissons, je me permets de te tutoyer. Pour débuter, nous parlerais-tu un peu de ton cheminement professionnel?

Je suis infirmière de profession. Au départ, je voulais devenir médecin, car je voulais aider les gens. N’ayant pas réussi à terminer mes études en médecine, j’ai opté pour les soins infirmiers. Ensuite, comme je recherchais une sécurité d’emploi, j’ai décidé d’entrer dans les forces armées canadiennes et d’y faire ma carrière d’infirmière. Depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours vécu énormément d’anxiété par rapport à l’inconnu et à l’avenir, et les forces armées venaient m’apporter la structure dont j’avais besoin.

Pourrais-tu nous en dire plus en ce qui concerne ces sentiments d’anxiété et de peur?

Je suis fille unique et mes parents ont toujours été très sensibles à ce que les autres pouvaient penser de nous. La culture à laquelle j’ai été exposée était vraiment une culture de peur! Toute ma vie, je devais constamment faire attention à tout comme s’il y avait toujours un danger à surveiller. J’étais également une enfant avec une personnalité introvertie et j’avais peu d’amis. De plus, pour mon bien, mes parents voulaient s’assurer que je devienne indépendante financièrement. Ma carrière au sein des forces armées a vraiment été parfaite pour moi! J’adorais mon travail!

Comment se fait-il que tu ne sois plus dans les forces armées aujourd’hui?

L’amour! (rires) J’ai rencontré mon amoureux dans l’armée. Il était technicien dentaire et moi, infirmière.  En 1995, alors que l’armée effectuait de grandes coupes dans les effectifs, mon conjoint a décidé de se retirer de l’armée et de se lancer en affaires en créant son propre laboratoire dentaire.

Comment as-tu vécu ça, toi pour qui la sécurité était extrêmement importante? 

Au début, j’étais extrêmement craintive et je ne voyais pas les choses de la même façon.  J’ai rapidement constaté que mon conjoint était vraiment un visionnaire né, mais ce  côté de sa personnalité n’avait jamais été révélé. Étant une femme rationnelle et conservatrice, j’étais très déstabilisée et je sentais que je perdais mes repères. Je le voyais travailler 100 heures par semaine et je ne savais pas trop où cela allait nous mener. Un jour, nous avons assisté à une conférence et c’est à ce moment que j’ai pris conscience que je pouvais me joindre à lui dans l’entreprise et que nous pourrions bâtir notre vie de rêve ensemble. Cela fait 22 ans que nous travaillons ensemble.

Wow!  C’est vraiment inspirant comme histoire! Et la peur dans tout ça?

Oh, j’avais encore peur de tout! J’avais peur de manquer de clients ou d’en avoir trop, d’avoir trop d’employés à gérer ou encore qu’ils quittent l’entreprise. J’ai vécu de l’anxiété extrême pendant plusieurs années jusqu’à ce qu’un de nos employés, qui est malheureusement décédé aujourd’hui, change ma vie à tout jamais.

Que s’est-il passé?

Je crois fermement que tout arrive pour une raison…  À l’époque, cet employé m’avait recommandé de lire un livre qui avait tout changé pour lui.  Il s’agissait du livre Le secret d’un esprit millionnaire de T. Harv Eker. Ce livre a également tout changé pour moi! Pour la première fois de ma vie, j’ai compris comment notre tête fonctionne. Il faut dire qu’à ce moment-là, mon anxiété était très profonde… Je n’étais pas capable de prendre l’ascenseur, je ne pouvais pas aller dans des endroits où il y avait trop de gens, je ne pouvais pas aller vers les gens ou monter sur scène.  Bref, tout me faisait peur et tout me rendait anxieuse! Lorsque j’ai découvert ce livre, ce fut comme une libération pour moi, un espoir de changer.

Explique-moi quels ont été ces changements et comment cela s’est déroulé?

La première étape dans le changement est la prise de conscience, car on ne sait pas qu’on ne sait pas. Ensuite vient la volonté, le désir de changer.  Malgré que nous sachions que nous devons changer quelque chose, si nous ne sommes pas prêts à faire ce qu’il faut faire pour engendrer ces changements, rien ne fonctionnera.

Dès lors, j’ai suivi un programme de coaching à la suite duquel j’ai recommencé à rêver, à prendre conscience de ce que j’aimais dans la vie : aider les gens. Après réflexion, le fait de devenir coach professionnelle, d’un côté, et de poursuivre mes activités de gestion au laboratoire dentaire, de l’autre côté, représentait le scénario idéal pour moi. J’ai ainsi commencé à mettre en application mes apprentissages au sein de notre entreprise et j’ai été témoin des bénéfices énormes auprès des employés. J’ai réalisé que je pouvais vraiment avoir un impact dans la vie des gens et que, malgré que je ne puisse avoir le contrôle sur ce que les gens vont faire, j’ai quand même le pouvoir de semer la graine dans leur esprit.

En parallèle, tu as écrit un livre.  Peux-tu nous en parler?

Dans mon livre Briser la chaîne, je résume d’abord certains concepts de base qui expliquent comment notre cerveau fonctionne et pourquoi l’être humain réagit de différentes façons selon les situations. Ensuite, si les gens ont la volonté de modifier certains de leurs comportements qui ne leur apportent pas la satisfaction souhaitée, je propose alors des stratégies pour les appuyer dans leur cheminement.

Dans ta pratique en entreprises, qu’as-tu observé?

Après diverses analyses sur le terrain, j’ai découvert que la compétence, ou le manque de compétence, n’était pas la variable la plus significative lorsqu’il est question de performance des employés au travail. En fait, c’est plutôt le discours intérieur de ceux-ci qui influence le plus leur productivité dont, entre autres, leur niveau de confiance et leur perception envers leur propre compétence. Un employé qui travaille dans le doute bâtit et défait constamment alors qu’un employé qui travaille dans la confiance construit constamment.

J’ai également appris que la confiance est un état. On entend souvent des gens dire qu’ils manquent de confiance en eux alors qu’il faut simplement activer la confiance qui existe déjà à l’intérieur d’eux. La fonction principale de notre cerveau est de nous garder en santé. Ainsi, lorsque celui-ci perçoit une menace, tel un rejet ou un jugement éventuel, il aura pour réaction de nous protéger en nous donnant comme message de nous éloigner ou d’éviter la menace. Au total, l’être humain a une fenêtre de cinq secondes pour agir avant que le cerveau n’envoie ses signaux le menant à l’inaction. Le fait d’activer notre confiance à l’intérieur de ces cinq secondes peut être une stratégie afin de conserver notre pouvoir sur une situation.

Demeurer en harmonie avec ses valeurs et ses désirs profonds malgré la peur, le doute et l’anxiété, qui tentent toujours de nous détourner de notre véritable identité, ne doit pas toujours être facile…   Entretiens-tu encore des peurs aujourd’hui?

Bien entendu!  Je vis encore aujourd’hui des situations qui font émerger la peur en moi. Par contre, mes peurs durent beaucoup moins longtemps et, maintenant, je sais activer les stratégies nécessaires pour transformer mon état de peur en un état de confiance. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’une situation entraîne toujours une perception et cette perception engendre, à son tour, une émotion. Ainsi, en ayant recours à diverses stratégies, nous pouvons modifier nos perceptions pour ensuite ressentir une émotion différente. Hélas!  Bien que ce soit un processus fort simple à exécuter, ce n’est pas toujours chose facile. Voilà pourquoi plus le désir de changer sera fort, plus le processus se fera aisément.

Pour terminer, peux-tu nous partager ta vision de l’avenir?

Après avoir vécu tout ce que j’ai vécu, je sais qu’il est possible de surmonter les troubles d’anxiété et de s’en libérer. Je suis profondément passionnée par le comportement humain et, à présent, ma mission est d’accompagner les gens dans leurs démarches de briser certains patterns malsains. Puisque j’ai réussi à m’en sortir, je sais que les autres peuvent aussi y arriver.

Nancy Lehoux est l’exemple parfait de quelqu’un qui, malgré ses zones d’ombre, réussit à maintenir la lumière sur sa véritable essence.  Par l’entremise de ses conférences, ses ateliers, ses programmes en ligne et son livre, elle souhaite inspirer les gens à reprendre le pouvoir de leur vie et à apporter les changements nécessaires afin de cheminer vers le meilleur.

Merci, Nancy Lehoux.

www.coach-e.ca

Vous avez aimé cet article?  Inscrivez-vous gratuitement à Les Inspiratrices pour recevoir le magazine ainsi que des émissions de la webtélé.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*