Et si je m’amusais avec le succès et l’argent?

Jacinthe Landry

Coach de vie

www.jacinthelandry.weebly.com

 

Pour écrire cet article, j’ai longuement réfléchi à la notion du succès et de l’argent.  Ma première réaction a été de me poser les questions : Pourquoi associer ces deux mots ensemble? Quel est le lien? Bien sûr, je sais, je sais… Si je réussis ma vie et ma carrière, je ferai de l’argent… OK, je comprends.

Même à cela, il me vient encore une pointe de panique.  Ou est-ce de la déception? Mais pourquoi, diable, l’argent doit-il y être pour quelque chose?

Je décide donc de mettre la notion de l’argent de côté et de faire comme si ce n’était pas si essentiel. Désormais, je vouerai un culte au succès! Parce que le succès, c’est beaucoup moins matérialiste… Le matérialisme étant orienté vers la seule recherche de satisfactions matérielles. Le succès, c’est tellement plus glorieux et honorable!

Si le succès prédomine, j’aimerais alors savoir ce qu’est le succès. Selon mon ami le dictionnaire Larousse : « Le succès est un résultat heureux, une réussite. Une approbation du public qui plaît au plus grand nombre. »

Ah? Tiens donc!  C’est intéressant… Si je comprends bien, mon succès dépend de ce que les autres en pensent? Eh bien, moi qui pensais que mon succès m’appartenait, qu’il était mien…

Maman m’avait pourtant dit : « Travaille fort et tu auras toujours du succès! » Et voilà que Larousse me dit : « Eh bien, non!  Tu dois obtenir un résultat heureux, approuvé par la majorité, pour avoir du succès. » Aille!  Aille!  Aille!  Ça commence à faire beaucoup de pression pour y parvenir! Je ne réussirai jamais! Ah! Ah!

 

 

Si le succès dépend de la réussite, alors qu’est-ce que réussir? Encore une fois, mon ami Larousse dit : « Avoir un résultat heureux, se terminer avec un succès. » Quoi? Si je comprends bien, si je n’obtiens pas de résultats qui se terminent par des applaudissements, je n’ai pas réussi? Eh bien, moi qui croyais avoir fait quelque chose de grandiose simplement en terminant la rédaction d’un article, la concrétisation d’un projet ou une bonne journée au travail…

Maintenant, me voilà à me demander comment obtenir un résultat heureux?

Toujours selon mon ami Larousse, celui-ci me dit que le résultat est la « réalisation concrète de quelque chose » et que le mot heureux signifie « quelque chose qui procure du bonheur ».

D’accord, je récapitule…  Si je termine cet article (réalisation concrète) et que cela me procure du bonheur (Youpi!  Je suis heureuse, car j’ai écrit cet article en savourant chaque seconde), ai-je réussi? Et si j’ai une réussite, est-ce un succès?  Mais, selon mon ami Larousse, j’aurais du succès si, et seulement si, mon article vous plaît en majorité…

On y revient toujours en fin de compte.

OK, je recommence…  J’ai écrit cet article (réalisation concrète) et j’ai eu du bonheur en l’écrivant (résultat heureux). Et si j’imagine que la majorité d’entre vous va me donner votre approbation, j’aurai alors du succès.

Et voilà le doute…  Le succès étant un résultat heureux, il n’est que simplement passager puisque certains résultats sont inévitablement malheureux. Par exemple, mon prochain article sera peut-être un fléau, une déconfiture. Ce sera alors une défaite, un échec.  Je ne peux donc pas avoir du succès en tout temps.

Alors, comment vivre avec un succès éphémère ou l’absence de succès?  Sans contredit, je devrai apprendre à vivre avec.  Et vous?  Quel genre de personne êtes-vous? Réussissez-vous à vivre vos réussites ou vous apitoyez-vous sur vos échecs?

Et puis, me voilà à me demander : Qu’est-ce que cela change si je n’ai pas l’approbation du public, du plus grand nombre? Dois-je crouler sous le malheur d’un échec?  Dois-je me convaincre que, comme mon succès, il sera éphémère?

Bon, OK, pause! On revient à la base.

Disons que je fais semblant que l’approbation de la majorité ne détermine ni mon succès ni mon échec, une défaite serait-elle le fait de n’avoir aucune réalisation concrète et, de plus, de ne vivre aucun bonheur? Absence totale de résultat heureux.  Alors, que vais-je faire si je n’accomplis rien et si, en plus, je suis malheureuse?

Peut-être est-il temps de changer mes comportements ou mes croyances?

Ai-je si besoin de votre approbation? Ou suis-je capable de faire preuve de discernement toute seule? Bon, d’accord.  Dit comme ça, c’est bizarre.  Je vous l’accorde.  Vous me comprenez, bien sûr!  Svp, soyez une majorité à me comprendre… J’en ai tant besoin pour… réussir cet article.

Si vous êtes comme moi, vous vous attardez beaucoup plus longtemps sur vos échecs que sur vos réussites.  Lorsque vous avez du succès, vous trouvez une façon de le minimiser : « Ah!  Mais tu sais, je n’ai pas de mérite puisque… »  Et lorsqu’un malheur arrive, vous vous empressez de dire : « Ah!  Bien sûr, j’aurais dû le voir le venir.  C’était certain que j’allais échouer puisque… »  Si le succès est éphémère autant que la défaite, pourquoi mettre plus l’accent sur vos déconfitures?

Soyez fiers de vos réussites! Parlez-en et bâtissez vos projets sur elles puis laissez tomber tout le reste… Plus vous ruminerez vos erreurs, plus elles feront partie de votre vie.  Plus vous acclamerez vos réussites, plus elles feront aussi partie de votre vie.  Choisissez le côté de la force, le côté illuminé de la lune et la facette glorieuse de votre être!  Il n’en tient qu’à vous.

Ou à la majorité…  Vous décidez.

Tout compte fait, j’ai simplement envie de faire un pied de nez à mon cher ami Larousse et de lui dire : « Je connais mes succès et je reconnais mes erreurs! »

En conclusion, le succès, c’est beaucoup trop compliqué. Je crois que je vais plutôt écrire cet article à propos de l’argent.

D’abord, qu’est-ce que l’argent? D’après mon ami le dictionnaire…

Vous avez aimé cet article?  Inscrivez-vous gratuitement à Les Inspiratrices pour recevoir des articles sur divers sujets en matière de mieux-être ainsi que des émissions avec des femmes d’inspiration.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*