Le yoga pour trouver le bon chemin

Émilie Chevrefils

La yogini

www.facebook.com/yogalachute

 

Actuellement, ce que je remarque, c’est un grand besoin d’être différent à tout prix, de crier haut et fort qu’on ne fait pas comme tout le monde et d’imposer sa propre couleur. Comme une quête… Pourquoi? Sommes-nous rendus à ne vouloir ressembler à personne pour trouver ce qui nous définit vraiment? Est-ce que de ne ressembler à personne nous rend meilleurs, spéciaux ou originaux? Si tel est le cas, est-ce que cela veut dire que, si quelqu’un se reconnaît en nous, il choisit alors la facilité, l’oisiveté? S’il se sent inspiré par nous, est-ce que cela lui enlève une partie du mérite?

Débroussailler son chemin et marcher à côté de la trace, est-ce vraiment ainsi que nous nous démarquons?  Possible, mais je ne porte plus cette croyance qu’il s’agit là de la seule manière de faire.  Peut-être que ces interrogations, qui dansent en moi, vous touchent également… Ça m’intéresse de savoir ce que vous en pensez puisqu’il s’agit d’un sujet qui m’intrigue et me touche profondément.

Se mouler à rien

Il fut une période pas si lointaine où je me sentais extrêmement différente.  Les petites bibittes comme moi, qui allaient à contre-courant, pouvaient même parfois déranger. Comme si je ne me moulais à rien ni à personne : pas de maison, pas d’endroit où me poser, pas de sentiment d’appartenance à un groupe, pas d’attaches.

À tant souhaiter sortir des sentiers battus, je me rends compte, aujourd’hui, que j’y ai trouvé la palette de mes paysages intérieurs.  Ce sont par certaines de mes teintes uniques que je me reconnais en mon conjoint, en mes amis, en mon livreur de pizza de mon petit coin de pays ou en mon chauffeur de taxi cubain. Il y a un peu de moi dans chacun des regards que je prends le temps de reconnaître et d’apprécier, mais, surtout, dans chacun des êtres dont je côtoie le pouls, la respiration et le battement du cœur. Consciemment ou non, cela implique que je m’arrête à l’autre.

Plutôt que de me sentir perdue, seule et isolée, c’est l’époque de ma vie où je me suis trouvée et où j’ai commencé à me connaître, à accepter qui j’étais, ce qui faisait de moi une personne colorée pouvant apporter, grâce à cette particularité, une brise qui peut faire du bien, un petit souffle de fraîcheur, une lumière ici-bas. À ma façon. Sans prétention. Je me suis donné la chance d’essayer des affaires, sans me juger. Enfin.

 

 

Rester connecté

Quelques années plus tard, je suis en mesure d’expliquer que c’est simplement en étant en paix et aligné avec son dharma, sa mission de vie, en sanskrit, qu’il est possible de trouver sa véritable essence. Être « sur son X », comme j’entends souvent. C’est une sensation qui rend léger comme une plume, libre comme l’air!

Cela fait beaucoup référence au vent et en Prana Flow, mon style de yoga, l’air, c’est l’élément lié aux cambrés arrière. C’est la force de vie, l’initiation au mouvement. Il offre la possibilité d’ouvrir le cœur et de donner tout autant que de recevoir. Il aide à se remplir, pour mieux proposer compassion et acceptation, à laisser émerger la confiance et fleurir la gratitude.

C’est probablement là que le yoga m’aide à gagner en reconnaissance. Simplement en m’arrêtant à la respiration, je prends conscience de ce que je fais, de ce que je vis et de qui est là devant moi. Cela m’aide aussi à m’affranchir de la peur. Justement, cette peur d’être trop ou pas assez. C’est un doute parfois lourd à porter…  C’est fascinant!

En ce sens, ma professeure de yoga, mon mentor, a l’habitude de dire : « Tout est bon. Ça dépend toujours de ton explication. »

Savez-vous quoi? Pour moi, c’est en nommant haut et fort une peur ou un doute, et en entendant les mots vibrer en moi, que je réussis le plus facilement à rire. Ces ombrages qui font partie de mes couleurs, de moi-même… C’est la plus belle arme que j’ai trouvée pour dédramatiser et me sentir plus légère. Après tout, c’est une job à temps plein que d’apprendre à se connaître pour s’améliorer.

La richesse vient de l’intérieur

Avant, autant je voulais à tout prix être distincte, autant, aujourd’hui, c’est en remarquant mon lien à l’autre que je vois comment je définis mon arc-en-ciel. Je me définis comme une citoyenne du monde. Singuliers, nous le sommes tous, que nous soyons employé ou patron, amoureux ou solitaire, adulte ou enfant, homme ou femme. Par contre, la richesse qui vient de l’intérieur, nous la portons tous!

Sans contredit, j’apprends de ceux qui sont divergents puisqu’ils m’amènent à réfléchir. Ensuite, que je décide de changer mon opinion, mon idée ou ma façon de faire, il reste que ce choix, il me revient à moi. Je porte mes choix! Et le courage de quitter… ou de rester.

——————————

En yoga, les inversions nous amènent à changer notre perspective. Par contre, on n’a pas nécessairement besoin de se retrouver la tête à l’envers pour amener du sang frais vers le cœur et le cerveau.  En voici un exemple :

Uttanasana

Bien qu’elle soit d’abord et avant tout une flexion avant intense, cette posture propose aussi l’inversion. La tête se retrouvant plus basse que le cœur, le sang est alors dirigé vers les parties du corps contraires à nos postures quotidiennes habituelles. Cette posture permet non seulement de bien allonger la colonne et d’ouvrir le sacrum, mais aussi de changer sa vision des choses. Également, elle est excellente pour les maux de tête.

Lorsque j’ai la nette impression de m’être levée du mauvais pied, je commence ainsi :

debout, je prends une grande inspiration et, à l’expiration, je descends le tronc, le cœur en premier. Je laisse aller la tête à la toute fin. Je maintiens quelques respirations puis, sur une expiration, je remonte avec le dos droit, les jambes tendues et les mains remontant le long des jambes.

Pour les mains, si elles ne touchent pas par terre, pas de souci! On peut utiliser un bloc ou simplement les laisser pendre, sans forcer.

Vous avez aimé cet article?  Inscrivez-vous gratuitement à Les Inspiratrices pour recevoir des articles sur divers sujets en matière de mieux-être ainsi que des émissions avec des femmes d’inspiration.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*