Le leadership authentique : entre le doute et l’espoir

Patrick Dufault

Le coach en milieu de travail

www.kiaiconseilsrh.com

 

« By many a trail and manner I came to my truth […] and I never liked asking the way.  I preferred to question and tried the ways myself. This, it turns out, is my way.  Where is yours? That is how I answered those who asked me « the way ». The way after all, it does not exist. » – F. Nietzsche

Même si elle date de plus d’un siècle, cette citation de Nietzsche est encore d’actualité.  Sans contredit, il est juste de dire que, depuis toujours, les gens ont voulu trouver la façon de réussir et le récit du philosophe ressemble à celui de certains grands entrepreneurs : la réponse unique n’existe pas. Tous ont essuyé plusieurs essais et erreurs et hop! Voilà que la réussite s’est pointée! Seul point commun : ils ont tous suivi la petite part d’eux-mêmes qui leur faisait croire que c’était possible. C’est par cette écoute qu’ils ont été authentiques dans leur parcours.

Malheureusement, nous mélangeons encore trop souvent les mots héros, réussite, leader et perfection. Alors que nous réussissons tous quelque chose, à des niveaux différents, c’est le rythme accéléré de la vie et les attentes toujours croissantes qui nous font parfois oublier que nous avons de la valeur et des talents et que nous accumulons des succès, petits ou grands.  Nous oublions aussi que ceux qui réussissent plus que nous ne sont pas parfaits non plus!

 

 

Sur le plan du travail, de plus en plus de gestionnaires ont choisi de devenir des leaders authentiques et non plus des héros qui sauveront l’entreprise à eux seuls. Pour franchir cette illusion de l’héroïsme, ils devront se reconnecter avec eux-mêmes et reprendre contact avec leur intention, leurs besoins, leurs forces ainsi que leurs limites. Ce processus permettra de mettre l’éclairage sur leur vrai potentiel et l’espace disponible pour les autres.  Un vrai leader est reconnu comme tel parce qu’il a des supporters qui ont trouvé leur élan grâce à ses actions…

Qui plus est, je vois souvent des gens qui confondent les termes suivants : rôle, responsabilité, titre, statut et personnalité. Comprendre notre rôle et nos responsabilités permet de ne pas nous confondre nous-mêmes et, du même coup, confondre les autres sur notre titre et notre statut. Les études en neurosciences démontrent que la méditation, ainsi que le mentorat et le coaching, aident à clarifier cette confusion aliénante. Tout en acceptant et en assumant son rôle formel, le leader authentique dépasse ce rôle pour reconnecter avec son humilité et les besoins humains de ses collaborateurs.  Il est celui qui se connaît et qui s’intéresse aux autres pour réussir.

Identifier le leadership authentique

Le leadership authentique est une approche humaniste, empreinte de psychologie positive, qui a été popularisée par un livre écrit par Bill George, un ancien dirigeant d’une multinationale qui enseigne, aujourd’hui, à la prestigieuse Université Harvard.  Il définit le leadership authentique par quatre dimensions :

  • La conscience de soi ou comment comprendre sa propre manière de voir le monde. Plus précisément, comment cette perception de soi-même influence l’optimisation de ses propres forces et faiblesses;
  • Le traitement équilibré de l’information, soit par une analyse objective et pour le moins biaisée possible, dans la prise de décision;
  • L’authenticité relationnelle, aussi appelée la transparence, en osant l’ouverture dans le partage d’information et en exposant ses pensées et ses positions;
  • Le comportement authentique, ou les perspectives morales, mis de l’avant par, d’une part, l’ajustement entre ses propres valeurs et les besoins de l’environnement et, d’autre part, la cohérence entre ses valeurs et ses comportements.

En résumé, le leader authentique entrevoit d’abord les possibilités qui l’habitent et celles des autres afin de faire face aux situations le plus positivement possible. Il décide ensuite de miser sur la confiance qui émane des relations pour réussir.  Il ne s’attarde jamais sur le négatif, la peur ou le contrôle qui limitent le potentiel de chacun.

À titre d’exemples, voici deux modèles de leaders que je connais et qui m’inspirent : Lisa et Simon. Lisa est propriétaire d’une entreprise de textile. Elle et son équipe de direction ont décidé de travailler hors des sentiers battus; fini les statuts et les titres! Pourquoi? Parce que Lisa était fatiguée de prendre sur elle seule la responsabilité de toutes les grandes décisions de l’entreprise. En travaillant en équipe, à partir des champs d’intérêt de chacun, ils ont réalisé que c’était beaucoup plus facile et motivant. Pour y arriver, Lisa a suivi son intuition et elle a évolué, lentement mais sûrement, vers ce qu’elle percevait comme étant le meilleur modèle de gestion.

Simon, quant à lui, est cofondateur d’une entreprise de technologie en croissance. Il a décidé de ne pas refléter le stéréotype du chef qui réussit seul. Pour ce faire, il a choisi de demeurer à proximité de ses collègues en ayant, entre autres, un bureau comme les autres.  Également, il s’habille comme les autres et discute avec tout le monde. Il reconnaît que le succès vient avec les efforts déployés par chacun des membres de son équipe.

Accepter le doute et les cheminements sinueux

Dans les deux cas, Lisa et Simon ont entretenu des doutes quant à leur choix de gestion, mais ils ont quand même choisi de suivre leur voie plutôt que le modèle habituel. Le trait commun des leaders authentiques n’est pas celui d’oser aller à contre-courant, mais est plutôt celui d’accepter de vivre avec les doutes qui bourdonnent et de les assumer.  Devant deux options, ils apprennent à vivre avec la difficulté de choisir et de laisser aller.

Rester présent dans le mouvement et l’ambiguïté

Parce qu’ils ont agi de manière particulière, Lisa et Simon ont essuyé multiples essais et erreurs qui semblaient osciller entre des avancées et des reculs. Toutefois, le leader authentique, qui est à l’écoute de ses forces et de ses faiblesses, sait lorsqu’il est temps de persévérer, de demander du soutien ou de quitter ses fonctions. Par exemple, Lisa a choisi de se retirer de son entreprise pendant trois mois afin de prendre du recul.

Trouver son nord et suivre sa voie

Notre époque possède son lot de défis : le réchauffement de la planète, la dette écologique, la malnutrition chez les enfants et les échecs du système sur plusieurs plans. Le côté positif de tout cela, c’est qu’un grand nombre d’entre nous éprouvent un sentiment d’urgence qui fait appel à toutes nos compétences et nos habiletés pour faire changement et mieux.

Des leaders comme Lisa et Simon ont trouvé leur cause pour se mobiliser! Lisa veut offrir le meilleur environnement afin de faire émerger le talent et la collaboration dans son entreprise. Simon, de son côté, veut faire du Québec le meilleur endroit où travailler dans le monde… À commencer par son entreprise. Dans les deux cas, le travail doit s’allier aux valeurs des personnes dans le but de les rendre heureux de venir se rencontrer et travailler ensemble.

Et vous, quelles sont vos valeurs au travail que vous souhaitez mettre à contribution au quotidien?

Vous avez aimé cet article?  Inscrivez-vous gratuitement à Les Inspiratrices pour recevoir le magazine ainsi que des émissions inspirantes de la webtélé.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*