Dis-moi qui tu aimes, je te dirai qui tu es

La première fois que j’ai entendu parler du Dr Marc Pistorio, psychologue, c’était en 2009 alors qu’il agissait à titre d’expert à l’émission Deux filles le matin, une quotidienne télévisuelle bien connue du grand public et diffusée sur le réseau TVA.  Avec sa voix rassurante, il s’exprimait sur un sujet qui m’avait vivement interpellée : la relation avec les parents.  Dans l’espace de quelques minutes, je venais de comprendre ce que sept années de psychothérapie n’avaient jamais réussi à me faire entendre.

Dans son récent livre intitulé Dis-moi qui tu aimes, je te dirai qui tu es, M. Pistorio démontre que l’attachement amoureux se construit dès la plus tendre enfance.  En fait, cet attachement dépend beaucoup du rapport affectif qu’entretient l’enfant avec ses parents et celui-ci se perpétue à l’âge adulte dans la relation de couple.  De toute évidence, la qualité de ce lien est cruciale pour l’amoureux en devenir…

Pour décrire cette théorie, M. Pistorio compte quatre grands styles d’attachement dans l’enfance: sécurisant, anxieux, évitant et désorganisé.  À la lumière des interactions répétées avec son parent, l’enfant développera un style qui teintera éventuellement ses relations avec les autres.

Par exemple, un enfant, dont la mère sécurisante lui a envoyé le message clair qu’il avait tout à fait le droit d’être ce qu’il est, saura nouer des rapports harmonieux et vivre des relations satisfaisantes.  À l’opposé, un enfant vivant dans un milieu désorganisé et très perturbé pourra développer des comportements d’hypervigilance.  S’il n’est pas pris en charge très tôt dans son évolution, il vivra du stress et de l’anxiété à créer des liens significatifs.

Une fois adulte, l’attachement déjà façonné dans l’enfance se vivra dans la relation amoureuse entre deux adultes où chacun deviendra la figure d’attachement de l’autre. À nouveau, M. Pistorio compte trois styles d’attachement amoureux : sécurisant, évitant et anxieux.  En voici un résumé :

Style sécurisant (sécurisant)

Les individus du style sécurisant ne ressentent pas vraiment  la crainte d’être abandonnés et ne tentent pas d’éviter l’intimité, des aptitudes gagnantes qui offrent un grand potentiel de bonheur.  Ils ont la certitude qu’ils ont les ressources en eux pour bâtir des relations solides et ils ne doutent pas de la présence bienveillante de leur partenaire.

Style évitant (insécurisant)

Les personnes du type évitant ne doutent pas que les autres souhaitent leur compagnie, mais elles vivent bien la solitude.  En fait, elles ont intégré le fait que les relations de proximité comportent un haut risque de souffrance et c’est pourquoi elles tentent de les mettre à distance.

Style anxieux (insécurisant)

Les personnes qui sont marquées par ce style n’ont pas le sentiment d’avoir de la valeur ni le pouvoir d’être aimées.  Elles vivent une anxiété d’abandon très élevée, recherchent l’approbation de l’autre et ont tendance à lui faire confiance rapidement.  Le besoin inassouvi d’être aimées est au cœur de leurs préoccupations quotidiennes.

S’appuyant sur ces styles d’attachement amoureux, bien sûr, toutes les combinaisons sont possibles : une personne sécurisante avec une autre plus anxieuse, une personne anxieuse avec une personne évitante, deux personnes anxieuses, etc.  Malgré la complexité de la chose, pour aspirer à des relations plus saines et à une vie moins souffrante, il sera important de déterminer son style d’attachement amoureux et celui de son partenaire.

Il sera tout aussi nécessaire de comprendre la synergie qui existe entre les deux styles.  Par exemple, des conjoints marqués tous deux par le style sécurisant vivront une saine proximité affective.  Ils partageront des moments au quotidien, mais seront parfaitement heureux dans les périodes de solitude.  Même s’ils ne sont pas ensemble, chacun continuera d’aimer l’autre et cet amour simple les rassurera et les réconfortera.  Par surcroît, ils ne percevront pas les conflits comme une menace pour le couple, mais comme une occasion de mieux se connaître et de renforcer leur intimité.

Dans le cas où une personne de style sécurisant partagerait sa vie avec une personne anxieuse ou évitante (insécurisante), selon M. Pistorio, la sécurité d’attachement demeurera bénéfique tant chez la personne sécurisante, qui ne se voit pas menacée, et la personne insécurisante qui, à son contact, va gagner en sécurité.

Malheureusement, il devient facile de prédire la détresse qui pourrait survenir dans un couple constitué de deux personnes insécurisantes (anxieuse ou évitante).  Souvent tourmentées, il sera difficile pour elles de se rejoindre et l’incompatibilité sera trop grande pour que la relation puisse survivre dans le temps.

Fort heureusement, rien n’est soudé dans le béton!  Avec l’aide d’un professionnel de la santé, il est possible de changer, de réparer le passé et d’aspirer à une vie de couple plus harmonieuse et heureuse.  Comment?  Dans les relations intimes…  Pour se reconstruire, il est nécessaire de continuer à demeurer en lien avec les autres… même si l’on devra essuyer quelques défis!  Nul ne peut se reconstruire seul.

Dans son livre, M. Pistorio donne généreusement quelques pistes pour mieux communiquer, prévenir les situations conflictuelles et apprendre à les gérer sainement lorsqu’elles surviennent :

  • Se respecter et respecter son partenaire
  • Calmer les réactions parfois primitives des différentes composantes de son cerveau
  • S’autoréguler et se réguler émotionnellement à deux de façon sécurisante
  • Atténuer les traumatismes affectifs (en sept étapes)
  • Regarder et toucher l’autre avec sincérité et bienveillance
  • Oser dire
  • Éprouver de la générosité, de l’empathie et de la compassion
  • Prendre soin des sensibilités de chacun
  • Nourrir l’intimité et la sexualité
  • Assurer la pérennité de la relation amoureuse
  • Exercer sa résilience
  • Lutter contre le retrait dans la solitude

Au total, 75 pages sont consacrées à l’importance de garder espoir.  En effet, la mission de l’individu, dans la vie adulte, est de développer des relations constructives et nourrissantes auprès d’adultes sécurisants.  Qu’importe son histoire, il est toujours possible de guérir ses blessures, d’apprendre à mettre à distance les personnes nocives et d’accueillir les bonnes personnes qui ont à cœur l’expansion du bonheur.

En sept ans, j’ai lu et relu plusieurs fois les trois livres de M. Marc Pistorio : Vérité ou conséquence, La sagesse de nos colères et Dis-moi qui tu aimes, je te dirai qui tu es.  Sans contredit, il a cette façon bien à lui de trouver les mots justes pour expliquer les choses.

Sans qu’il ne le sache, un certain matin de 2009, alors que j’étais une morte vivante, il a été l’infime étincelle qui a mis le feu aux poudres.  C’est grâce à cette étincelle que j’ai trouvé le courage de partir à la quête de mon « vrai soi ».  Une quête qui aura duré sept longues années…  Une quête qui fera l’objet de mon premier livre intitulé Celle qui danse avec le sable dont le lancement est prévu le 7 octobre 2017.

Difficile, sans avoir l’air fou, d’exprimer toute sa gratitude à quelqu’un qu’on ne connaît pas…  Qui plus est, de lui faire comprendre à quel point il a changé le cours de notre vie.  Je ne sais pas encore comment le remercier, mais je trouverai…  en toute authenticité sans crainte ni culpabilité.  J’imagine que c’est ça, être son « vrai soi ».

Vous avez aimé cet article?  Inscrivez-vous gratuitement à Les Inspiratrices pour recevoir des articles sur divers sujets en matière de mieux-être et des entrevues avec des femmes d’inspiration.

Chantal Tessier

Auteure et conférencière

www.chantaltessier.ca

4 Comments

    • Merci Sylvie! Que c’est gentil! Le lancement de mon livre aura lieu le 14 novembre à Saint-Bruno. En espérant que vous y serai pour partager ce moment d’intensité avec moi. À bientôt!

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*