Atteindre les sommets avec Tina Poitras

Valérie Milette

Journaliste

 

Tina Poitras est une ancienne athlète olympique.  Elle a participé aux Jeux de Barcelone, en 1992, et d’Atlanta, en 1996, en marche olympique pour un total de 12 ans avec l’équipe nationale.

Une fois sa carrière olympique terminée, elle a fondé Magma photo, une agence d’images qui a su se démarquer à l’échelle canadienne.  Si bien que, en 2004, l’entreprise est acquise par Corbis, une société appartenant à nul autre que Bill Gates!

Aujourd’hui, Tina Poitras est à la barre de son entreprise Namasté Leadership où elle agit à titre de coach d’affaires, de formatrice et de conférencière. Elle s’est inspirée de ses expériences d’athlète et de femme d’affaires pour créer un programme de coaching qui se compose des neuf éléments clés qui jalonnent la route du succès des plus grands leaders.

Tina Poitras, avec une feuille de route aussi impressionnante, on peut dire que vous n’avez pas peur du succès! Qu’est-ce que cela représente pour vous?

Chaque personne a sa propre définition du succès.  Par exemple, ce qui me rend heureuse n’aura pas le même effet pour quelqu’un d’autre. Par contre, le succès absolu est lorsqu’on réussit à vivre exactement la vie que notre cœur souhaite et que cela nous rend heureux. Pour moi, c’est la définition du succès!

Le succès est accessible à tout le monde, peu importe le niveau de talent. Il y a d’ailleurs des études qui ont été réalisées sur des personnes qui atteignent la très haute performance et il en est ressorti que la qualité la plus surévaluée est le talent. Un jour, lorsque j’avais 18 ans, mon coach olympique m’a dit : « Tu me fascines, Tina, car tu as juste un talent moyen, mais la façon dont tu t’investis dans tout ce que tu fais t’amène à battre les personnes plus talentueuses que toi. » Le vrai secret pour atteindre le succès est la pratique délibérée. Cette pratique délibérée est un processus, elle représente l’art de toucher à ce qui compte le plus pour atteindre le succès, et ce, dans tous les domaines.

Le secret réside dans la pratique délibérée…

Oui, par contre, il ne suffit pas d’avoir la connaissance pour y parvenir, car si c’était facile, tout le monde serait dans la très haute performance. Il faut savoir identifier les gestes de base essentiels, ceux qui nous font progresser, et les répéter quotidiennement au même titre qu’un athlète qui s’entraîne ou un musicien qui pratique ses gammes tous les jours. En affaires, par exemple, on veut trouver des occasions qui vont entraîner un effet de levier. Il faut prendre le temps d’analyser sa pratique afin d’identifier les quatre ou cinq actions les plus importantes et s’y consacrer au lieu de s’éparpiller un peu partout. Et c’est là le défi : maintenir la constance à faire ce qui compte le plus.  Lorsqu’on s’y consacre complètement, notre performance et notre rendement vont nécessairement augmenter.

En affaires, on veut aussi être en mesure d’accroître son niveau de performance en travaillant mieux et non en travaillant plus fort. Ce niveau est atteignable lorsqu’on maintient un équilibre dans les neuf éléments clés. Il faut avoir une vision très claire, une vision qui nous fait vibrer et qui nous pousse à nous lever chaque matin. C’est le moment d’oser voir grand, car c’est stimulant! Ensuite, il faut y aller par étapes, faire des petits pas qui vont engendrer des petites réussites, des petits succès. Chaque fois qu’on se dépasse, le corps sécrète un peu de dopamine; c’est agréable! Cela nous pousse alors à nous dépasser un peu plus la fois suivante. Ça crée un effet d’entraînement.

Comment en êtes-vous venue à créer votre méthode de coaching?

Il faut dire que j’ai connu des périodes difficiles aussi.  Entre autres, les trois premières années avec Magma photo. Je n’oublierai jamais lorsque mon comptable m’a dit que, non seulement je ne faisais aucun profit, mais que j’étais en faillite technique! J’étais estomaquée et je ne comprenais pas comment cela était possible, car je travaillais comme une folle, depuis les débuts de l’entreprise, à donner mon meilleur! J’avais toujours travaillé très fort auparavant et cela fonctionnait, mais en affaires, c’était différent. Je suis donc retournée faire mes devoirs, j’ai lu des études sur la haute performance et c’est à ce moment que j’ai réalisé que j’avais oublié de recréer mon environnement olympique. J’ai modélisé mon approche olympique en neuf éléments clés que j’ai présentés à mon équipe.

En 11 mois, notre chiffre d’affaires a doublé, parce que nous avons revu notre façon de faire. Nous avons mis les efforts sur ce qui comptait le plus. Il faut dire que j’avais une équipe extraordinaire avec moi, au même titre qu’un athlète olympique qui a toute une équipe derrière lui. Personne ne se rend aux Jeux olympiques tout seul! C’est une image que j’aime employer, car c’est exactement la même chose en entreprise : il est impossible d’atteindre la meilleure version de soi-même en restant seul. Il faut savoir s’entourer de gens qui nous inspirent, que ce soit des mentors, des collaborateurs ou des conseillers.

Quels sont les principaux obstacles sur la route du succès?

Nous sommes notre pire ennemi! Tous les champions le disent; ce qui est le plus dur est de ne pas s’autosaboter. Ce n’est pas le manque de ressources le problème, mais plutôt nos croyances limitatives. Il y a tant d’exemples de personnes qui ont réussi à partir de rien!  Cela prouve que ce n’est pas un manque de ressources extérieures, mais plutôt un manque d’accès à nos propres ressources intérieures. Nous limitons énormément notre potentiel. Le pouvoir du mental est incroyable!

Nous sommes généralement mal outillés pour maximiser ce potentiel…

Le pouvoir de la conscience et de la pensée est sous-estimé et je dirais aussi qu’il est un peu galvaudé. C’est beaucoup plus que d’avoir la pensée positive!  C’est une technologie interne que nous avons et que nous n’utilisons pas assez. Lorsque nous vivons et que nous ressentons avec notre cœur, cela active des désirs et un emballement qui vont allumer des « jets » en nous. J’aime bien employer l’image des « jets » qui s’activent! Ce feu intérieur est dormant et on ne nous enseigne pas comment l’activer. Ce n’est pas inné!  Cela demande du travail et des efforts au même titre qu’un entraînement physique.

D’abord, il faut entraîner notre mental et utiliser nos pensées afin d’activer nos émotions et, ensuite, il faut avoir une pensée stratégique d’affaires. Il y a une réflexion profonde à faire; ce n’est pas juste une question d’instinct. C’est à ce moment que nous revenons à nos gestes de base essentiels pour créer le succès dans notre entreprise ou dans notre projet. Il ne faut pas oublier que, si nous laissons le pouvoir à nos pensées, si nous donnons le contrôle à notre cerveau, il va divaguer naturellement vers tout ce qui est plus facile. Ce n’est pas ce qui génère le plus de résultats!

Souvent, c’est à ce moment, avec la réflexion stratégique, que les peurs ressurgissent. Par exemple, si une personne réalise que, pour générer plus de succès, elle devra faire des appels auprès de personnes clés dans les entreprises, cela peut réveiller de la peur en elle, ce qui entraîne des blocages qui, à leur tour, peuvent mener à l’autosabotage. Les actions les plus importantes sont souvent celles qui vont nous confronter dans nos croyances limitatives.

Notre plus grand pouvoir est celui de l’insertion de la pensée. Il s’agit de choisir sur quoi nous voulons porter notre attention, notre « focus ». Lorsque nous commençons à nous sentir mal, à être nerveux et à avoir peur, il faut prendre un temps d’arrêt pour analyser nos pensées. Nos pensées peuvent traduire toutes sortes d’émotions comme la peur de l’échec. Il faut entraîner son mental à lâcher prise. C’est un travail de moine et la plupart des gens ne le font pas. C’est de la pratique délibérée et, si nous visons de la très haute performance, c’est un parcours nécessaire.

Quel est votre mot de la fin?

Pour atteindre la haute performance, il faut s’entraîner à un très haut niveau tout comme les athlètes. De nos jours, nous sommes tellement sollicités constamment que cela est devenu inhumain. Nous avons de la difficulté à garder notre attention et à simplement nous concentrer, car les sources de distractions sont omniprésentes. Il faut s’entraîner à canaliser son énergie et à bien clarifier ses désirs. Il faut se poser la question : « Qu’est-ce que je veux plus que tout au monde? » et y répondre avec son cœur. Si notre « focus » est au bon endroit, il n’y a pas de raison que cela ne fonctionne pas.

Merci, Tina Poitras.

www.namasteleadership.ca

Vous avez aimé cet article?  Inscrivez-vous gratuitement à Les Inspiratrices pour recevoir des articles sur divers sujets en matière de mieux-être et des entrevues avec des femmes d’inspiration.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*